(From the Family house, 30 juillet 2011)


Time is not elastic.
I'm leaving a kind of "Cerisaie", definitely.

Amitiés


 
(Si le feu brûlait ma maison, qu'emporterais-je ?
J'aimerais emporter le feu ) Jean Cocteau



6 commentaires:

Elisabethbaysset a dit…

On dirait , que le temps s'étire vers l'infini dans ce beau cocon de verdure . BEL été . EB .

D.Balla a dit…

Elle m'a interrogé cette photo au premier instant, j'ai d'abord pensé à un collage, c'était les raisins.
Ces raisins comme un lâcher de ballons...

Alain Delage a dit…

Les lieux changent, nous changeons, mais les souvenirs de l'enfance restent gravés en nous à jamais ...

Valéry Lorenzo a dit…

Merci Elisabeth
Je vous souhaite aussi un bel été si le climat habituel de la région est au rendez-vous...

Chère "D.Balla"
Oui c'est une treille au premier plan.
Des ballons ? j'aime cette idée de légèreté...
Merci

Cher Alain
Et de l'adolescence...
Tu connais mes sentiments à ce sujet.
Il ne reste plus qu'à en extraire la substantifique moelle...
Merci

Evelyne a dit…

Ma maison est en moi, je ne m'attache pas.
Je ressens encore les errances de mes parents à travers le monde.
Peut-être un jour !

Valéry Lorenzo a dit…

Merci Evelyne
Le détachement, ça me semble être une attitude plutôt sage.
"On s'en fiche, on est pas d'ici, on s'en va demain"...